L’enfer du FLE #4 : Enseigner avec la gueule de bois

Un apéro entre collègues en semaine qui a duré plus que de raison ? Un dîner en amoureux trop arrosé ? Ou tout simplement une nuit trop courte (enfant qui pleure, copies à corriger, insomnie…) ? Il est l’heure d’aller en classe et vous êtes plus que vaseux ? Voici un petit guide survie, à prendre avec humour bien sûr !

Armé d’une bouteille d’un litre d’eau, pastilles à la menthe en poche, il est temps de définir votre état afin d’opter pour le comportement adéquat. Êtes-vous plutôt légèrement migraineux, nauséeux, encore bourré de la veille ou au bord du coma éthylique ?

Légèrement migraineux : brise-glace en autonomie

aspirine-dans-verre-d-eauVous n’avez pas eu le temps de vous enfiler un café et d’avaler de quoi éponger l’alcool qui circule encore dans vos veines ? Gagnez les quelques précieuses minutes qui vous permettront de vous éclipser du côté de la machine à café.

Avant même la correction des devoirs, inscrivez au tableau des verbes à conjuguer aux temps connus par les étudiants. Alice avait publié il y a quelques temps des supports pour pratiquer les conjugaisons en début de cours. Profitez-en, c’est tout prêt !

Autre solution, demandez aux élèves de choisir 3 mots appris à la séance précédente et d’en écrire la définition. Une fois le travail réalisé, les étudiants proposent leurs « devinettes » au reste de la classe qui doit retrouver le mot ou l’expression correspondants. Résultat, vous avez pu vous faire un café pendant la phase de PE et le boire lors de la PO (et en prime vérifier l’assimilation du lexique par vos apprenants).

NB : Ces activités de début de cours peuvent aussi être proposées à jeun.

Nauséeux : contrôle surprise

avec-la-vodka-de-ce-professeur-adieu-la-gueuleVous avez besoin de rester assis et de minimiser vos mouvements. Imprimez ou photocopiez des sujets du DELF. C’est parti pour plusieurs heures de CO, CE, PE. Trop faible pour faire passer les oraux blancs ? Optez pour l’évaluation par les pairs. Les élèves jouent le rôle de l’examinateur.

D’humeur facétieuse (voire aussi « bourré de la veille ») ? Utilisez nos sujets d’oraux inédits.

Et après tout, une évaluation en cours de parcours, ça ne fait jamais de mal, non ?

Bourré de la veille : la carte de l’interculturel

remedesVous riez encore des blagues entendues hier soir et la musique du dance floor vous trotte toujours dans la tête. Jouez cartes sur table et osez l’interculturel avec le sujet suivant : « Que recommande-t-on dans votre pays pour lutter contre la gueule de bois ? » Soupe de tripes, vinaigre des cornichons… mieux voudra avoir l’estomac bien accroché.

Karambolage pourra éventuellement venir en renfort avec le mystère du demi français et la couronne de mousse de la bière allemande.

Et enfin, comme le meilleur moyen de se remettre est de combattre le mal par le mal, enchaînez avec un cours sur le partitif et l’alcool.

Coma éthylique : la lumière feutrée d’une salle de projection

comaIl vous est impossible d’aligner un mot et vous empestez l’alcool. La solution ultime : le film. Volets baissés, lumières éteintes, bruits et interactions sociales réduits : les conditions idéales pour laisser votre corps se régénérer. Thot cursus recense des plateformes offrant le visionnement gratuit de longs et courts métrages.

Faites préparer un résumé du film pour le cours suivant et le tour est joué !

Ça y est, votre corps a repris le dessus ! Jurez qu’on ne vous y reprendra plus et offrez-vous une bonne nuit de sommeil.

Ces conseils peuvent également s’appliquer en cas de cours perdu, non-préparé, de remplacement intempestif ou toute autre situation imprévue.

N.B : Les personnages et les situations de cet article étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. 😀

Les images qui illustrent cet article ont été honteusement empruntées ici, , là-bas et là-dessus.

Advertisements

14 réflexions au sujet de « L’enfer du FLE #4 : Enseigner avec la gueule de bois »

    1. « N.B : Les personnages et les situations de cet article étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. »

      C’est moi qui prends la photo 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s